Bienvenue sur le site de Zakhor Pour la Mémoire - Manifestations
Dans le Cadre de nos différentes actions sur la Mémoire de la Shoah, nous recevons la Délégation Belge de l'Association Pouir la Mémoire de la Shoah de Bruxelles. C'est ainsi que nous les avons accompagnés afin de leur faire découvrir le Mémorial de Walter Benjamin à Port Bou. Mais qui était Walter Benjamin? En voici la réponse: en mai 1940, la France de Vichy, vient de signer un armistice avec le Troisième Reich, alors Walter Benjamin, philosophe juif allemand souhaite se diriger vers le sud en zone libre pour s’enfuir aux États-Unis. C'est après avoir passé par Lourdes, qu'il se rend à Marseille, où il arriva en septembre. Il se réunit avec ses amis Hannah Arendt, Arthur Koestler et Hans Fittko. Il n’était plus possible de partir de Marseille vers l’Amérique, mais Hans lui donne l’adresse de sa sœur dans Portvendres, le sud de la France. Le plan était d’atteindre le nouveau continent en bateau, mais sortant de Portugal. Benjamin accepte l’avis et part en train, accompagné par le photographe Henny Gurland (qui plus tard, aux États-Unis, marriera Erich Fromm) et son fils, Joseph.Le contact de Portvendres Lisa Fittko, est responsable de conduir les exiliés de Banyuls à Portbou à travers d’un parcours difficile, très raide et plein de pierres. Benjamin, malade de coeur, ne peut se déplacer qu’après des interruptions de 10 minutes. Finalement, Ils atteignent le sommet de la dernière montagne, où ils sont frappés par la vision de Portbou et la mer. Selon Fittko: Enfin, nous avons atteint le sommet. J’avais avancé et je me suis arrêtée pour regarder. Ce que j’ai vu m’a frappé à la suite d’une sorte d’hallucination: d’une façon inattendue je reviens à voir la mer de nouveau, d’un bleu foncé. Et là-bas, Portbou.A partir de là et tout sera descente. Fittko laisse les fugitives et retourne au point de départ, où pendant quelques années plus tard continuera de conduire les autres exilés. Benjamin et ses deux compagnons s’adressent au poste de police à Portbou, une ville à la frontière avec des traces évidentes d’une guerre civile avait qui pris fin à peine un an plus tôt. Or, la police espagnole refuse l’entrée sur le territoire espagnol de Benjamin et ses copains de voyage et annonce qu’ils seront remis aux autorités françaises.Benjamin est surveillé à l’Auberge France, maintenant fermé. Il passe la nuit dans la chambre numéro 3. Après avoir effectué une série d’appels téléphoniques, il prend une forte dose de morphine (qui avait pris à Marseille), est on trouve son corps le lendemain matin sur son lit. Il est mort à 48 ans. Walter Benjamin a passé un peu plus de 12 heures de sa vie dans la ville de Portbou, mais la marque qu’il a laissé reste encore indélébile. Dans notre prochain article, nous allons découvrir comment. Le Monument de Walter Benjamin est merveilleux donnat directement sur la mer, il a été réalisé par le célébre artiste israélien Karavan. Je remercie nos adminsitrateurs Hannah Atlan et notre grand journaliste John Photo d'avoir accompagnés notre Délégation Belge sur ce haut lieu de mémoire.
La Délégation de l'Association de la mémoire de la Shoah de Bruxelles a souhaité découvrir ce cimétiere des Républicains Espagnols et des Juifs du Camp d'Argeles Sur Mer afin de se recueillir dans la ginité. En 1939, Argelès-sur-Mer a accueilli 200 000 républicains espagnols fuyant le fascisme. Mais également de nombreux juifs étrangers désireux de fuir le Nazisme. Dés février 1939. Plus de 450 000 républicains franchissent la frontière franco-espagnole suite à la chute de la Seconde République espagnole et à la victoire du général Franco. Ce dramatique événement historique est plus connu sous le nom de « Retirada ». Le gouvernement français choisit la plage d’Argelès-sur-Mer pour « accueillir » tous les réfugiés. Un camp d’internement est ouvert à la hâte. Plus de 200 000 républicains y séjourneront dans des conditions extrêmes avant d’être transférés dans les camps de Saint-Cyprien, du Barcarès, de Bram et du Vernet. Il reprendra du service en septembre 1939, à la déclaration de la seconde guerre mondiale. Les autorités y regrouperont les « étrangers indésirables ». A partir de 1940, les familles juives et les tziganes y seront internés à leur tour. Le camp fermera définitivement en septembre 1941. Il sera alors transformé en chantier de jeunesse. Dès l’ouverture du camp en février 1939, on enregistre de nombreux décès dans l’enceinte du camp. Suite à un appel de la Municipalité, un propriétaire met à disposition de la mairie un terrain pour en faire le cimetière du camp. Celui-ci sera détruit par les terribles inondations de 1940. Aujourd’hui, une stèle marque le centre de l’ancien site. Ce monument est un don fait dans les années 1950 par une famille juive, en souvenir d’un des leurs disparu. Les noms gravés sont ceux des personnes décédées dans le camp au cours de leur internement. Les noms manquants ont été ajoutés en 2007. Aujourd’hui, le cimetière permet aux familles, enfants et petits-enfants des internés du camp, de se recueillir. Toujours au cœur du cimetière, un Arbre aux enfants est dédié aux 70 jeunes de moins de 10 ans décédés dans le camp. 
La délégation Belge de l'Association de la Mémoire de la Shoah de Bruxelles a pu visiter ce haut lieu de la Mémoire de la Shoah ce week-end. Ainsi la Maternité d'Elne est un havre de paix, un lieu chargé d’émotions, d’espoir, de solidarité et d’humanité. Classée Monument Historique depuis 2013, la Maternité Suisse est aujourd’hui un vif témoignage de l’entraide, du dévouement et de la détermination de jeunes volontaires d’associations humanitaires. En février 1939 a eu lieu la Retirada. Près d’un demi-million d’espagnols et de catalans, ont quitté leur pays et se sont réfugiés en catastrophe, dans le département des Pyrénées-Orientales. Alors que le danger est permanent à cette période charnière de l’histoire, le courage de quelques personnes a permis de sauver de nombreuses vies. Face à cette tragédie, la Commune d’Elne et ses habitants ont eu un rôle capital en ce qui concerne l’accueil de ces milliers de personnes puisque c’est ici, à Elne, au château d’en Bardou, qu’une jeune femme, Elisabeth Eidenbenz, mènera un combat acharné dans le but de sauver un maximum de personnes. Volontaire au sein de l’association du Secours Suisse aux Enfants d’Espagne, elle permit l’ouverture de la Maternité Suisse d’Elne en décembre 1939 et en sera la directrice jusqu’en avril 1944, date à laquelle cet îlot de paix a dû fermer. Grâce à sa persévérance, près de 600 enfants d’une dizaine de nationalités différentes ont vu le jour au sein de cette Maternité et un millier de femmes et autant d’enfants y furent accueillis : la grande majorité de ces personnes était internée dans les camps d’Argelès, de Saint-Cyprien et de Rivesaltes, dans des conditions insoutenables. Cette marternité à permis de sauver  de nombreuses femmes juives enceintes en permettant de les isolées du Camp de Rivesaltes et de contribuer à sauver leur enfants. L'exposition permanente : « La Maternité Suisse d’Elne : un berceau d’humanité au cœur de l’inhumain » que vous pouvez retrouver dans l’ancienne salle à manger de la Maternité, retrace cette histoire.
L'ASSOCIATION POUR LA MÉMOIRE DE LA SHOAH DE BELGIQUE ET L'ASSOCIATION ZAKHOR POUR LA MEMOIRE ORGANISENT DU SAMEDI 15 OCTOBRE 2016 AU MARDI 18 OCTOBRE 2016 UN VOYAGE DE MÉMOIRE AU CAMP DU BARCARES, DE RIVESALTES ET EN CATALOGNE EN ACCUEILLANT UNE DELEGATION BELGE EN ROUSSILLON
 
Ce voyage de mémoire au Barcarès, à Rivesaltes et en Catalogne est organisé par l'Association pour la Mémoire de la Shoah de Belgique avec le Concours de l'Association Zakhor Pour la Mémoire, du 15 au 18 octobre 2016. De nombreux Juifs de Belgique ont été détenus par les autorités françaises au camp "de concentration" de Rivesaltes. En octobre 2015, un musée-mémorial y a été inauguré. Il présente les différentes périodes d'utilisation du camp, parmi lesquelles celle de l'internement des juifs étrangers puis de leur déportation vers Auschwitz via Drancy. Prix: 420€ par personne - 370€ pour les membres de l'AMS - Réduction de 75€ par personne en chambre double. Inscription: verser le montant correspondant sur le compte BE75 0688 9657 3451 avec mention "Inscription voyage Rivesaltes + nom" et envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour signaler votre inscription. Une confirmation vous sera alors adressée. Ce prix comprend les trajets en bus à partir de l'aéroport de Rivesaltes, les 3 nuitées à l'hôtel avec petits déjeuners, les entrées et les guides. Il ne comprend pas les repas de midi et du soir ni le trajet jusqu'à Rivesaltes, à réserver individuellement.Ryanair assure une liaison depuis Charleroi: départ le samedi 15 octobre à 10 heures 15; retour de Rivesaltes le mardi 18 octobre à 12 heures 25. Nous recommandons de réserver votre trajet au plus tôt afin de bénéficier du meilleur tarif. Le groupe sera limité au maximum à 50 personnes, selon l'ordre chronologique des inscriptions. Pour tous renseignements ou aide à la réservation: contacter Nicole Weismann au 02 347 50 65 le matin du lundi au jeudi à partir du 22 août, ou laisser un message.
 
Programme:
 
Samedi 15 octobre 2016 : "Au Début de la Guerre: les Camps des Plages"
10h15: Vol direct au déport de Charleroi
12h00: Arrivée à l'aéroport de Perpignan-Rivesaltes

Début du Circuit: "Du Barcarés à Rivesaltes"
 
* Arrivée au Barcarès à 13H00, pause déjeuner puis Conférence à 14H30 de Philippe Benguigui, Président National de l'Association Zakhor pour la Mémoire au Mas de l'Ille, à 16h00 Cérémonie avec Dépôt de gerbe à la Stèle Arno Klarsfeld et Découverte des plages du Camp du Barcarés.
* 17h30 Stèle du Camp de Rivesaltes, Cérémonie avec Dépôt de gerbe devant la stèle de Zakhor Pour la Mémoire et des Fils et Filles des Déportés Juifs de France du Camp de Rivesaltes avec visite partielle du site.
* 19h30 Check in à l'Hotel Mercure à Perpignan.
* 20h30 Dîner en présence de Son Excellence Louis JASPERS, Ambassadeur Honoraire de Belgique et du Président des amitiés Franco-Belge.
 
Dimanche 16 octobre 2016 : "Les traces de la Vie Juive en Catalogne"
09h00: Départ en bus vers Port Bou.
* Elne à 09h30 pour la  Visite de la Maternité d'Elne, lieu de solidarité internationale
* Argeles Sur Mer à 10h00, Découverte des plages du Camp d'Argeles Sur Mer, du Cimetiére des Déportés et de la visite du Mémorial du Camp d'Argelès
* Visite du Mémorial Walter Benjamin
* Visites guidées des anciens quartiers juifs de Besalu et de Gérone
 
Lundi 17 octobre 2016 : "Le Camp d'Internement de Rivesaltes"
10h00: Départ en bus vers Rivesaltes, Visite du Mémorial du Camp de Rivesaltes
14h00: Recherches au Archives Départementales et présentation de différents documents sur l'internement
20h00: Dîner à Perpignan avec intervenant
 
Mardi 18 octobre 2016: "Retour en Belgique"
matinée libre à Perpignan
10h45 : Départ en bus vers l'aéroport
12h25 : Vol Rivesaltes-Charleroi
 
Ce programme est publié sous réserve... d'améliorations.
 
INFORMATIONS
 
OÙ : Perpignan / Rivesaltes
QUAND : Samedi 15 Octobre 2016 - Mardi 18 Octobre 2016 
CONTACT : Nicole Weismann 02.347.50.65 - Zakhor Pour la Mémoire 06 68.29.00.00
 
Zakhor Pour la Mémoire vous présente tous ces meilleurs vœux pour cette nouvelle année juive 5777 en espérant qu'elle puisse vous apporter à tous beaucoup de satisfactions et répondre à vos projets. Au lendemain de la disparition de notre Président Shimon Perez que cet élan de fraternité qui s'ouvre enfin puisse apporter la paix sur notre terre et à la vielle de nos fêtes de Tchiri que vos noms soient inscrits encore dans le livre de la vie.