Prix d'Honneur Zakhor Pour la Mémoire 2013

Monsieur Maxi LIBRATI
 
Maxi Librati est né à Lyon en 1925, dans une famille juive originaire du Maroc, Maxi Librati est l'aîné d'une fratrie de seize enfants, dont il sera le seul déporté. Il grandit dans un milieu populaire à Saint-Fons. Ses parents sont illettrés et la famille suit peu les informations à la radio. Arrêté dans un train, il ignore totalement l'existence d'une quelconque menace pesant sur les juifs Jusqu'à son arrestation en juillet 1943, car jusque là, il n'avait jamais entendu parler de déportation ni d'arrestation. Envoyé à la prison du fort Montluc, il tente d'envoyer une lettre à ses parents, ce qui lui vaut d'être isolé dans une cellule, sans nourriture pendant cinq jours. Il est par la suite transféré à Drancy, puis part pour Auschwitz-Birkenau, le 2 septembre 1943. Il y reste trois semaines, avant d'être transféré dans un camp du Ghetto de Varsovie, où il est affecté au Todkommando (commando de la mort), chargé de brûler les cadavres. C'est alors qu'il attrape le typhus. Envoyé à l'infirmerie, il impressionne le kapo par ses talents de fils aîné habitué aux travaux ménagers et devient garçon de chambre. L'avancée soviétique pousse les Allemands à évacuer le camp en juillet 1944. Maxi est transféré à Dachau, près de Munich, à l'issue d'une "marche de la mort" d'une centaine de kilomètres. Il est libéré par les Américains, le 30 avril 1945 à Allach, autre camp de Bavière.
Lorsqu'il revient à Paris, il pèse 29 kilos. Il retrouve à Lyon ses parents, frères et sœurs, qui avaient été cachés à la campagne par le patron du père de Maxi, plus tard décoré de la médaille des Justes Parmi les Nations. Maxi LIBRATI fait ensuite carrière dans le vêtement. Il parvient à ouvrir son propre magasin, pour lequel Paco Rabanne conçois de nombreux modèles à ses débuts. C'est alors que Maxi LIBRATI avec son parcours de vie au combien bouleversant et autodidacte deviendra l'un des créateurs du marché des grossistes de la confection du Sentier à Paris. Pour son engagement au nom de la Mémoire de la Shoah perpétuant ainsi le souvenir de tous les disparus, consacrant sa fortune pour aider les nombreuses institutions mémorielles de la Shoah dans le monde, nous avons le privilège d'honorer cet homme de bien et de cœur en lui attribuant le Prix d'Honneur Zakhor Pour la Mémoire 2013.

Media