Prix Histoire Mémoire et Education en Pays Catalan 2013

Madame Mireille Chiroleu, Madame Simone Chiroleu-Escudier et Monsieur Eric Escudier
 
Mireille Chiroleu, Simone Chiroleu-Escudier et son fils Eric Escudier, après quatre années de travail, notamment grâce au journal qu'à tenu Loïs Gunden pendant toute cette période. Cet ouvrage remarquable révèle un pan méconnu de l'histoire de notre département. Une aventure humaine récemment entrée dans l'histoire et cela lorsque l'Etat d'Israël a reconnu comme Juste parmi les Nations, Loïs Gunden, l'une des deux jeunes femmes membres du Secours mennonite américain, qui ont hébergé plus de 200 enfants issus des camps d'internement des Pyrénées-Orientales. "Sans son aide, j'aurais été envoyée à Auschwitz". La très belle villa Saint-Christophe, propriété d'un médecin de Castelnaudary, a disparu dans les années 1970 pour laisser place à une belle résidence dénommée « Le Beaulieu ».
Plus de 200 enfants juifs et espagnols, de 3 à 15 ans, issus du Camp d'Internement de Rivesaltes et d'Argelès ont séjournés dans cette maison de convalescence. Nourris, soignés, instruits, habillés et distraits par une petite chaîne humaine qui les a ainsi sauvés afin de leur éviter la déportation. Durant 22 mois, sous le régime de Vichy une action de sauvetage exceptionnelle a été menée par une poignée de travailleurs humanitaires de confession Mennonites (groupe religieux et culturel fondé au XVIe siècle qui a été le premier à adopter le principe de séparation de l'Eglise et de l'Etat). Venus de Suisse et des États-Unis, aidés par des réfugiés espagnols et français, ils ont travaillé en symbiose avec les Quakers, autre communauté religieuse (fondée au XVIIe par des dissidents de l'église anglicane), dans cette villa bourgeoise du front de mer. Ce sont des recherches en direction des Etats-Unis qui ont permis de retrouver le cheminement et l'action extraordinaire de ces travailleurs humanitaires Mennonites et Quakers et d'avoir accès à des documents extrêmement précieux, photos prises à Canet, listes d'enfants hébergés, description de la vie difficile qu'ont vécue ces jeunes enfants durant cette terrible période. C'est la Polonaise Ginette Drucker-Kalish qui a livré son témoignage à Yad Vashem en vue de faire décerner le titre posthume de Juste parmi les Nations à Loïs Gunden: "Sans son aide, il n'y a pas de doute, j'aurais été envoyée à Auschwitz où je serais certainement morte". Cet ouvrage nous fait découvrir le quotidien à la Villa Saint-Christophe, les difficultés d'approvisionnement, les nombreuses pièces forcément mal chauffées, les jeux sur la plage, les tracasseries administratives, les trajets en tram jusqu'à Perpignan. C'est ainsi que dans ce livre nous pouvons découvrir une multitude de photos d'époque avec la liste "non exhaustive" des enfants hébergés à la villa, autres documents administratifs. Cet ouvrage exceptionnel vient d'être publié auprès d'Alliances Editions. Très documenté et abondamment illustré, il consacre ainsi l'histoire de cette maison qui, au cœur de la station, a sauvé des centaines d'enfants de la barbarie nazie. Aussi, nous sommes extrêmement heureux d'encourager et d'honorer ces auteurs pour ce premier ouvrage mettant ainsi en lumière ce fait historique méconnu en leur attribuant le Prix Histoire, Mémoire et Education en Pays Catalan 2013.