Imprimer cette page

Historique du camp

Au pied des Corbiéres, Rivesaltes n'est pas seulement un village situé au coeur du Roussillon célébre pour ses vignobles, c'est également un haut lieu d'une mémoire particuliérement douloureuse.

Le 10 Décembre 1940, le Secrétaire d'Etat à la Défense Nationale met a disposition de la préfecture des Pyrénées-Orientales 600 Hectares du Camp Militaire de Rivesaltes; le Camp Joffre. La surface bâtie est d'environ 13 Hectares. Prés de 150 baraquements sont construits en fibrociment avec des allées larges qui séparent des îlots en 16 parties dont 9 seront aménagés en mesure d'accueillir entre 1700 et 1800 personnes. A différentes périodes, de multiples populations comme les Républicains espagnols, et notamment les Juifs étrangers originaires pour la plupart d'Europe Centrale et de l'Est, les Tziganes puis les Harkis sont accueillis dans ce Camp d'Internement.

 

Rivesaltes est dénommé: " le Sahara du Midi " car le camp est orienté dans la direction Nord-sud d'une vallée ou le paludisme est endémique. Rivesaltes est étalé sur un plateau qui est exposé sans résistance a la tramontane, et par ces conditions climatiques trés rudes ou le sol pierreux ne permet aucune pousse a la moindre végétation, Rivesaltes n'offre aucune protection contre le soleil intense qui rend difficile le probléme de l'alimentation et surtout celui en eau. Rivesaltes conçu à l'origine comme un site de régularisation administrative fut en particulier pour les familles juives étrangéres l'antichambre de la déportation.

D'Août a Octobre 1942, plus de 10.000 juifs étrangers, dont 500 enfants furent livrés a partir de la zone libre aux Allemands en Zone Occupée par le Gouvernement de l'Etat Français. Plus de 2250 juifs, dont 110 enfants furent transférés au Camp de Drancy en provenance du Camp de Rivesaltes, devenu lui-meme " le Drancy de la Zone Libre ". Ils furent déportés dans le Camp d'Extermination d'Auschwitz-Birkenau ou presque tous furent assassinés parce qu'ils étaient nés juifs.