lundi, 15 juillet 2013 09:45

Nos Ambassadeurs

Les Ambassadeurs de l'Association Zakhor Pour la Mémoire sont toutes les personnes qui soutiennent notre travail de Mémoire et d'Histoire partageant ainsi nos engagements et nos valeurs.

S.E Yossi GAL, Ambassadeur de l'Etat d'Israël en France, S.E Daniel SHEK, Ancien Ambassadeur de l'Etat d'Israël en France, S.E Nissim SVILI, Ancien Ambassadeur de l'Etat d'Israël en France, S.E Arié AVIDOR, Ambassadeur de l'Etat d'Israël auprès du Conseil de l'Europe, Ancien Consul Général d'Israël en de France, S.E Simona FRANKEL, Ambassadeur de l'Etat d'Israël auprès du Conseil de l'Europe, Consul Général d'Israël en de France, S.E Hassid BARNEA, Consul Général d'Israël en France, S.E Claude MARTIN, Ancien Ambassadeur de France en Allemagne, S.E Gérard ARAUD, Ambassadeur de France en Israël, S.E Jean-David LEVITTE, AncienAmbassadeur de France aux Etats-Unis, Conseiller Diplomatique du Président de la République Française, S.E Denis PIETTON, Ancien Vice-Ambassadeur de France aux Etats-Unis, S.E François DELATTRE, Consul Général de France à New York, S.E Enrique RUIZ MOLERO, Ancien Consul Général d'Espagne en France, S.E Agnès DE VOS, Consul Honoraire de Belgique en France, S.E Brigitte PLANES, Ancien Consul Honoraire de la République Fédérale d'Allemagne en France, Elie WIESIEL, Prix Nobel de la Paix et Président du Mémorial Muséum Holocaust des Etats-Unis, Serge KLARSFELD, Président des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, Beate KLARSFELD, Présidente de la Fondation Beate Klarsfeld Foundation New York USA, Christian BOURQUIN, Ancien Président de Région la Région Languedoc-Roussillon et Ancien Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Robert BADINTER, Ancien Président du Conseil Constitutionnel et Parrain du Mémorial de Rivesaltes, Martin GRAY, Ecrivain, Témoin de la Shoah, Jacques FREDJ, Directeur Général du Mémorial de la Shoah en France, Georges FRECHE, Ancien Président de la Région Languedoc-Roussillon, Jérôme CLEMENT, Président Directeur Général de la chaîne de Télévision d'ARTE, Thierry LATASTE, Ancien Préfet des Pyrénées-Orientales, Robert MIZRAHI, Délégué du Comité Français Pour Yad Vashem à Marseille, Laurent FABIUS, Ancien Premier Ministre, Président Honoraire de l'Assemblée Nationale, André BONET, Président du Centre Méditerranéen de Littérature, Maurice HALIMI, Maire-Adjoint de Perpignan, Alain KREMENETZKY, Délégué Général de l'Europe de la Mémoire, Jean-Paul ALDUY, Sénateur des Pyrénées-Orientales, Jacqueline TURELL, Présidente Départementale de la Croix Rouge Française des Pyrénées-Orientales, Charles AZNAVOUR, Chanteur et Comédien, André SOUCCARAT, Réalisateur et Producteur, Michel DRUCKER, Animateur et Producteur de Télévision, Daniel HALIMI, Président de la Communauté Israélite de Perpignan et des Pyrénées-Orientales, Général Avner SHALEV, Président du Mémorial Muséum de Yad Vashem de l'Etat d'Israël, Jean Jacques LOPEZ, Vice-Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Bertrand DELANOE, Maire de Paris, Fatima BESNACI -LANCOU, Directrice Générale des Editions SIL, Jean MOUTAPA, Directeur de la Collection Albin Michel et Vice-Président de l'Association Mémoire Pour la Paix, Norbert KAMPE, Président Musée Mémorial de la Conférence de Wannsee, Claude Gérard MARCUS, Président de Judaïsme et Liberté et Président d'Honneur du Musée d'Art Juif Contemporain de Paris, Roland HALIMI, Ancien Vice-Président Honoraire du Congrès Juif Mondial, Alain KLEINMANN, Artiste Peintre et Sculpteur, Pierre AYLAGAS, Vice-Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Simone VEIL, Présidente d'Honneur de la Fondation Pour la Mémoire de la Shoah, Richard PRASQUIER, Président du Conseil Représentatif Juif de France et Président d'Honneur du Comité Français Pour Yad Vashem, Radu LOANID, Directeur International du Centre d'Etude de la Shoah, Roger HANIN, Comédien, Nicolas SARKOZY, Président de la République Française, Arlette FRANCO, Député-Maire des Pyrénées-Orientales, Fabienne ROUSSO-LENOIR, Ecrivain et Réalisatrice, Cathy HODY, Directrice de l'Ecole Primaire de Montescot, Gilles ROZIER, Directeur de l'Institut Yddish à Paris, Rhonda BARAD, Présidente du Centre Simon Wiesenthal des Etats-Unis, Sarah WHORFURL, Directrice du Mémorial de l'United State Holocaust Mémorial Museum de Washington, Jean-Claude ABBECASSIS, Compositeur, Hugues AUFRAY, Chanteur, Compositeur et Interprète, Guy CAZALS, Poète, Laurent CORONAS, Président de la Société d'Encouragement au Bien, Michel MILA, Président de l'Union des Associations de Résistants et des Déportés des Pyrénées-Orientales, Simon Robert MELLOUL, Vice-Président des Amitiés Judéo-Chrétiennes. Nicolas RIBOWSKI, Producteur et Réalisateur, Ghislaine MARCO, Directrice de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre des Pyrénées-Orientales, Edith MOSKOVIC, Déléguée Régionale du Comité Français Pour Yad Vashem, Corinne MELLOUL, Responsable de la Communication du Comité Français Pour Yad Vashem, Jacques VEYRIE, Ancien Président de l'Association des Membres de l'Ordre des Palmes Académiques des Pyrénées-Orientales, Corinne CHAMPAGNER-KATZ, Ancienne Présidente du Comité Français Pour Yad Vashem, Hubert ALLOUCHE, Président Régional du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France en Languedoc-Roussillon, Adolphe ATTIA, Ancien Hazan de la Grande Synagogue de France, Roger SALIES, Président de l'Union Départemental des Anciens Combattants des Pyrénées-Orientales, Miry GROSS, Directrice des Relations Européennes du Mémorial Muséum de Yad Vashem, Guillaume CHOMICKI-BAYAD, Lauréat du Concours National de la Résistance, Anh Dao TRAXEL, Présidente Nationale de l'Etoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire, Claude LANZMANN, Ecrivain, Journaliste et Réalisateur, Robert HOSSEIN, Comédien, Producteur, Réalisateur, Dina VIERNY, Compagne d'Aristide Maillol et Fondatrice de la Fondation Dina Vierny-Maillol et du Musée Maillol à Paris, Olivier LORQUIN, Président de la Fondation Dina Vierny-Maillol et du Musée Maillol à Paris, Bertrand LORQUIN, Conservateur en Chef de la Fondation Dina Vierny-Maillol et du Musée Maillol à Paris, Le Général Jean-Jacques FLORIMOND, Président du Centre Départemental de Mémoire des Pyrénées-Orientales, Marc ALLOUCH, Avocat de Zakhor Pour la Mémoire, Bernard MALBRUN, Administrateur de Zakhor Pour la Mémoire, Monique PAGES, Artiste-Peintre Internationale, Yvon BERTA-MAILLOL, Responsable du Musée Aristide Maillol à Banyuls sur Mer, Jean REDE, Maire de Banyuls Sur Mer, Hélène LEGRAIS, Ecrivain et Animatrice à Radio France, Jean-Paul DE BERNIS, Président National du Mérite et Dévouement Français, Florence MALRAUX, Fille d'André MALRAUX, Georges SEMPRUN, Ecrivain et Ancien Ministre de la Culture Espagnol, Amos OZ, Ecrivain Israélien ayant reçu le Grand Prix de l'Etat d'Israël , André BASCOU, Maire de Rivesaltes, Député Honoraire, Pierre GUEUDET, Adjoint au Maire de Rivesaltes, Américo DA SILVA FERNANDES, Président d'Association, HERMELINE MALHERBE, Présidente du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Pierre-François LE CLAIRE, Directeur au Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Paul SCHAFFER, Président Honoraire du Comité Français pour Yad Vashem, Rose BOSCH, Réalisatrice du Film la Rafle, Ilan GOLDMAN, Producteur et PDG des Studios Légende, Jean-Pierre VIRGIL, Compositeur-Interprète, Jacques CUKIER, Ecrivain, Manon TOURREILLES, Photographe, Alain LE MEUR, Adjoint au Maire de Maureillas Las Illas, Lucien TEPINIER, Président des Membres de l'Ordre National du Mérite des Pyrénées-Orientales, Antoine GUERRERO, Président du Souvenir Français des Pyrénées-Orientales, Norbert GUERBAS, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Francis CANALS, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Carole CHAOUAT, Administratrice de Zakhor pour la Mémoire, Laurent MAYS, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Luc MOSSAN, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Claude SAEZ, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Boris BENET, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Pierre DUCROS, Administrateur de Zakhor pour la Mémoire, Francisco ORTIZ, Concertiste Guitariste, Nathalie NICAUD, Cantatrice, Le Colonel Philippe GUICHARD, Commandant du Groupement de la Gendarmerie Nationale des Pyrénées-Orientales, Alexandre DOULUT, Historien, Sandrine LABEAU, Historienne, François HOLLANDE, Président de la République, Manuel VALLS, Ministre de l'Intérieur, Nicole GUEDJ, Ancienne Ministre et Présidente de la Fondation France-Israël, Maxi LIBRATI, Déporté et Ecrivain,  Le Colonel Antoine GUERRERO, Président Général du Souvenir Français des Pyrénées-Orientales, Patrick CASSOU, Principal du Collége Joffre de Rivesaltes, Mirielle CHIROLEU, Ecrivain, Simone CHIROULEU-ESCUDIER, Ecrivain Eric ESCUDIER, Ecrivain, Daniel GUICHARD, Auteur Compositeur et Interprète, Roger CUKIERMAN, Président du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, Jacques CRESTA, Député des Pyrénées-Orientales, Le Lieutenant Colonel Georges BARANNE, Commandant le Groupement de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales, Eric LE GOFF, Responsable du Ministére de la Culture, Eric DUVAL, Grand Prieur de l'Ordre Œcuménique de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte, Jean-Michel BOUKHERS, Grand Chancelier de l'Ordre Œcuménique de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte, Leila ACHI, Sénatrice de Paris, Michel FANTINI, Commandant de Police, Daniel BREUILLER, Président de l'Association Européenne des Membres des Corps et d'Organismes Publics de Sécurité et de Défense, Bernard DUPONT, Maire de Canet en Roussillon, Jean-François SCOFFONI, Directeur Départemental de la Sécurité Publique des Pyrénées-Orientales, Michel BRUYERE, Directeur Régional des Etablissements JOA CASINO, Aimé ALBERTY, Auteur et Compoisteur et Artistite, Claire SALFATI-TEDGUI, Comédienne et Sympathisant de Zakhor Pour la Mémoire; Jordi BOURQUIN, Sympathisant,Francis LEIBGOTT, Délégué Militaire Départemental des Pyrénées-Orientales; Gérard BLANC, Président de la Société d'Entraide des Membres de la Légion d'Honneur des Pyrénées-Orientales; Jean-Maurice BERRIER, Président de l'Association des Membres de l'Odre National du Mérite des Pyrénées-Orientales; Philippe VIGNES, Préfét des Pyrénées-Orientales; Mordehaï BENSOUSSAN, Grand Rabbin de Perpignan; Nicole BRINGMANN, Consul Honoraire de la République Fédérale d'Allemangne; Pascal LAMARE, Porte Drapeau National de Zakhor Pour la Mémoire; René CORONAS;Ancien Président des Cadres Catalan des Pyrénées-Orientales; Laurent PRAT, Compagnie Le Théatre Chez Soi; Alain FERRAND, Maire du Barcarès; Michaël IANCU, Directeur de l'Institut Maïmonide; Michel-Amar MENIKER, Président du Collectif Génération Harkis Mémoire et Vérité; Anita MAZOR, Consul Général de l'Etat d'Israël en France; David BILLE, Directeur de Société; Monique CARMONA, Présidente de Femmes Internationales Murs Brisés; Jean-Claude FICHES, Photographe de Zakhor Pour la Mémoire; Bibi GONZALES, Administrateur de Zakhor Pour la Mémoire; Josy GOUGES, Administrateur de Zakhor Pour la Mémoire; Jérôme SAMAZAN, Directeur de Société; Jean-Victor HERETE, Membre du Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France, Michel MOLINA, Sympathisant de Zakhor Pour la Mémoire; Jean-Raymond PAGNIEZ, Président du Lion's Club Pyrénées-Doyens; Colonel Léon PARENT,Sympathisant de Zakhor Pour la Mémoire; Diégo D'AULAN DE SUAREZ,Sympathisant de Zakhor Pour la Mémoire; Annie ATLAN, Administrarteur de Zakhor Pour la Mémoire; Richard PUIGSEGUR, Sympathisant de Zakhor Pour la Mémoire; Eric PICARD, Président de l'Association Pour la Mémoire de la Shoah en Belgique, S.E Louis JASPERS, Ambassadeur Honoraire de Belgique, Loic TOMISSI, Conseiller Municipal en charge du monde combattant de Port Barcares.

 

 

Nos Missions

- Maintenir les liens entre toutes générations afin d'honorer la mémoire des victimes et des resacpés de la Shoah.
- Participer à tous les projets Institutionnels et Associatifs concernant le Devoir de Mémoire et en particulier lié à la thématique du Camp de Rivesaltes dont notre
Association a été initiateur de ce projet de musée-mémorial dès 1993 afin de le promouvoir et de perpétuer à présent son développement.
- Participer à tout projet dont le but est de rendre hommage à la mémoire de tous ceux qui, durant la Seconde Guerre mondiale furent arrêtés et internés dans des camps de prisonniers en Zone Libre (Sud de la France), pour être déportés dans des camps d’extermination.
- Assurer la représentation de notre Association Zakhor Pour La Mémoire à toutes les cérémonies officielles commémoratives et patriotiques pour honorer et maintenir la mémoire de toutes les victimes des différents conflits.
- Créer et participer à la conception de ressources documentaires et pédagogiques destinées aux établissements scolaires, à leurs élèves et à leurs professeurs, afin que soit transmise une vision toujours actualisée de la Shoah.
- Développer et renforcer la coopération avec les Associations, les Fondations et les Musées en France, en Europe, en Israël, ainsi qu’aux Etats-Unis, dans le but de permettre aux jeunes de mieux comprendre les principes idéologiques et les mécanismes qui conduisirent à l'internement, la déportation et l’extermination des Juifs en France et en Europe.
- Réaliser des expositions, des séminaires, des conférences, des colloques, des publications et des séjours pour tous les publics sur le thème de la Mémoire de la Shoah en France et en Europe.
- Créer plusieurs prix qui seront remis périodiquement par le Bureau Exécutif National de l'Association afin de récompenser soit un engagement pour une action qui perpétue le devoir de mémoire, soit un travail ou une œuvre conséquente ayant fait l'objet d'une réflexion significative sur le thème de la mémoire de la Shoah, ou de la tolérance, de l'humanisme, ou de la lutte contre toutes les formes d'exclusion.
- Lutter contre toutes atteintes à la mémoire des victimes de la Shoah et notamment contre les actes négationnistes, révisionnistes, antisémites et racistes.
- Poursuivre au nom de l’Association tous les actes de nature négationnistes, révisionnistes, antisémites, racistes, sous toutes formes et d’engager ainsi les actions qui s’imposent pour ester en justice pour faire cesser et condamner ces faits.
- Défendre les intérêts sociaux et moraux des membres de notre Association.

Nos Conseils

Zakhor traduit de l'hébreu signifie: " Souviens-toi "

" Zakhor ", nous enseigne l'importance de la transmission du savoir et du respect de la nécessité de ce souvenir.

Notre héritage, nos traditions, notre histoire si singulière aux travers des temps nous oblige aujourd'hui à devenir les gardiens de notre mémoire pour la transmettre, l'enseigner et ainsi éduquer les jeunes générations afin que nul ne puisse ignorer et ainsi reproduire de tels actes inhumains.

Ainsi vous comprendrez la dénomination de notre Association : Zakhor Pour la Mémoire.

L'etymologie du mot: " Zakhor "

Le mot " Zakhor ", dans la tradition Juive, nous oblige inconditionnellement à la nécessité du souvenir. En particulier pour expliquer la signification de " Zakhor ", une Paracha (Lecture sacrée de la Thora) est consacrée à cette nécessité du souvenir par la Parracha T´zaveh " Shabat Zakhor " (Shabat du Souvenir).

Dans le Judaisme, le Shabat Zakhor, " le Shabat du Souvenir ", a lieu durant le shabat antérieur à celui de Pourim. Il est signalé dans la synagogue par la lecture d'un court passage du livre du Deutéronome qui commence par le mot Zakhor " Souviens-toi " et termine avec le Tishkah " ne l´oublie pas " (Deutéronome 25 : 17-19). Le texte est une supplique à Israël d'irradier tout trait de son ennemi le plus redoutable, Amalek, dont Haman est un descendant.

Le Shabat Zakhor nous sensibilise à la force cohésive de l´histoire sacrée. Le judaïsme consiste, dans sa majeure partie, à rappeler et à transmettre la mémoire de l'intervention divine, les expériences de la dégradation nationale et les trésors de la révélation. Comme les paroles d'adieu de Moise nous l´indiquent pour guider le cours d´Israël : " Rappelle-toi les jours du passé, considère les années antérieures, demande à ton pére, lui l´informera, à tes ascendants, eux te diront. " (Deutéronome 32 :7).

Exode 27:30 - 30:10; Deutéronome 25:17-19 par Ishmar Schorsch, Traduit par: Gloria Lafarge

Paracha de " Zakhor "

A quelques jours de la fête de Pourim, et en particulier le dernier Chabbat qui la précède, les synagogues retentissent d'une lecture particulière : celle d'un texte de la Torah qui donne justement son nom à ce jour : « Zakhor » ou « Souviens-toi ». On le dit souvent, de manière générale, et avec juste raison, le peuple juif a une longue mémoire. De fait, il a appris, depuis bien longtemps, à se souvenir car il sait que l'oubli du passé engendre les avenirs dépourvus de sens.

Pourtant, il y a ici quelque chose de plus. Le souvenir auquel nous sommes conviés avec une insistance remarquable est celui de la guerre cruelle que fit Amalek aux Hébreux alors que, sortant d'Egypte, ceux-ci marchaient vers le Sinaï et le Don de la Torah. Il est vrai que cette histoire dépasse largement le niveau de l'anecdote. Ce n'est pas d'une rencontre belliqueuse avec un autre peuple qu'il s'agit, comme il en exista tant dans l'antiquité. Amalek incarne ici une véritable opposition à tout ce qui est saint et, d'abord, au lien qui se tisse alors entre D.ieu et Son peuple. Si on relit ce texte à proximité immédiate de Pourim, c'est parce que, selon la généalogie traditionnelle, Amalek fut aussi l'ancêtre d'Haman et que, dans un cas comme dans l'autre, leur tentative d'en finir avec le peuple juif et avec son message aboutit à leur défaite et à leur disparition. L'ordre « souviens-toi » prend ainsi tout son sens. Depuis lors, le peuple juif a traversé bien des siècles, bien des pays et bien des cultures. Il a parfois rencontré le bonheur et souvent l'épreuve.

Explication en Vidéo de la " Paracha de Zakhor "



par le Rabbin Abittan 

L'etymologie du mot: " Shoah "

Au lendemain de la guerre, le tribunal de Nuremberg a défini l'extermination des Juifs comme un génocide. Presque aussitôt, des auteurs américains l'ont appelé Holocauste. Mais ce terme crée un problème en raison de son sens de sacrifice. Aussi, à l'exception du monde anglo-saxon qui l'utilise encore, les Juifs européens emploient-ils de plus en plus le mot " Shoah " qui signifie " Catastrophe ".

" La Shoah ", constitue pour tous les Juifs et le Monde une tragédie d'une irréductible singularité, un crime inexpiable, une perte irréparable pour l'éternité, sans dédommagement possible et sans compensation concevable. La spécificité de la Shoah est constituée par un triple refus des Juifs :
  • Le refus de la mort, qui les a poussés à continuer leur vie intellectuelle, religieuse associative au milieu de la tourmente et au coeur même de la géhenne nazie.
  • Le refus de la haine, qui s'est traduit par le constat stupéfiant que les survivants qui auraient eu toutes les raisons d'être les plus cyniques des désespérés pour mettre le monde à feu et à sang, n'ont jamais cherché à se venger ou à massacrer des innocents.
  • Le refus du désespoir, d'admettre qu'en face d'eux se trouvaient des barbares sanguinaires. Ce respect de l'Autre qui ne vous respecte pas, voilà bien ce qui caractérise l'éthique juive. La seule faiblesse des juifs est d'être restés des hommes dignes, d'avoir cru jusqu'au bout en l'Homme et en la victoire de la Vie sur la Haine et la Mort.

L'etymologie du mot: " Génocide "

L'étymologie du mot " génocide ", c'est-à-dire l'histoire de sa forme et de son sens. Du point de vue de sa forme (ou morphologie), le mot " génocide " est formé du grec " genos " (race) et du suffixe - " cide " qui signifie " tuer ". On retrouve ce suffixe dans homicide (volontaire), insecticide, suicide, (guerre ou haine) fratricide. Du point de vue sémantique, le génocide est une destruction méthodique d'un groupe ethnique. Ainsi, l'extermination méthodique des Juifs par les Nazis de 1941 a 1945 est un génocide. Cette tragédie majeure est si indicible que l'on l'a individualisée par le mot " Shoah ". Le concept juridique de génocide est né en 1944, créé par un juriste américain du nom de Raphaël Lemkin devant l'ampleur prise par le massacre des Juifs, exterminés simplement parce qu'ils étaient juifs. Il a été depuis ratifié par la Convention de 1948 et utilisé parfois à bon escient, parfois de façon contestable et même parfois de façon abusive [...]. Le linguiste qui est tenu pour responsable de chaque mot, même ceux des autres, rappelle avec insistance que ce mot écran, plein de violations des droits de l'homme, de malheurs, d'atrocités et d'éternité, ne rompt jamais son lien avec l'Histoire ou le passé qui finit toujours par rattraper les bourreaux.

Par Koné Dramane, extraits d'un article de "Notre voie", N 540 - 27 Février 2000