Bienvenue sur le site de Zakhor Pour la Mémoire - Manifestations
Dans le cadre de ces études au collège, Aharon souhaite réaliser un reportage sur les missions et les actions de l'Association Zakhor Pour la Mémoire. Il interview Philippe BENGUIGUI, Président National de Zakhor Pour la Mémoire afin de connaitre les enjeux de cette structure qui a créer l'idée de réaliser le projet du Mémorial du Camp de Rivesaltes avec Maître Serge Klarsfeld, Président National de l'Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France.
 
Survivant des camps et passeur de mémoire, Paul Schaffer est décédé le 6 août 2020 à l’âge de 95 ans. Il avait été le lauréat du Prix Zakhor Pour la Mémoire 2011. il fut également, le Président d'Honneur du Comité Français pour Yad Vashem, membre du bureau de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et auteur de l'ouvrage « Le Soleil voilé »,Chevalier de la Légion d'honneur depuis 2004, a été élevé par al suite comme au Officier de cette distinction. Nous présontons à toute sa famille nos sincéres condoléances.
Au mois de Juillet 2020, Son Excellence Nikolaus Meyer-Landrut, Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne à procédé à la Remise de la Croix de Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République Fédérale d'Allemagne à notre Président Philippe Benguigui, récompensant ainsi son engagement au nom de son travail de mémoire au sein de l'Association Zakhor Pour la Mémoire. Cette prestigieuse distinction (équivalante à le Légion d'Honneur Française) lui a été décernée à la demande de Monsieur Frank-Walter Steinmeier, Président de la République Fédérale d'Allemagne, cérémonie émouvante qui eu lieu en la Résidence de l'Ambassadeur au Palais De Beauharnais à Paris, en présence de Maître Serge Klarsfeld et de son épouse Madame Beate Klarsfeld, tous deux dignitaires des Ordres Nationaux Français et Allemand. En raison des contraintes sanitaires du Covid-19, cette réception s'est tenue en comité restreint et cela quelques jours avant le départ de Son Excellence Nikolaus Meyer-Landrut qui a été promu à de nouvelles fonctions comme Ambassadeur de la Délégation de l'Union Européenne (UE) en Turquie.
Ce texte d'Herbert Pagani " Le Plaidoyer Pour Ma Terre " de 1976 prouve encore que malheuresuement celui-ci est toujours d'actualité. Une réflexion étonnante mais tellement de son temps en son temps mais également aujourd'hui, et cela malgrés les mutations sociétales ...

Le Parrain de notre Association Zakhor Pour la Mémoire est Son Excellence Daniel SAADA, Ambassadeur de l'Etat d'Israël en France.

En effet, depuis la création de notre Association Zakhor Pour la Mémoire, l'Ambassadeur de l'Etat d'Israël est le Parrain de droit de notre organisation.

A ce titre, nous avons accueilli les différents représentants de l'Etat d'Israël en France à de trés nombreuses reprises, en particulier à l'occasion de nos différentes manifestations et cérémonies comméoratives ainsi que pour l'attribution de la remise des différents Prix Zakhor Pour la Mémoire.

 

En ouvrant ce lien, vous pourrez visualiser ci-dessous un reportage de 7 minutes afin de mieux comprendre l'histoire du Camp de Rivesaltes et du Camp de Gurs. Ce court documentaire a été réalisé par le campus numérique Akadem.
 
Vous pourez découvrir le générique de la Cérénomie Nationale des Différents Prix Zakhor Pour la Mémoire qui ouvre traditionnellement la Cérémonie Nationale des Récompensenses lors de la remise des distinctions aux différents récipiendaires. Ce film a été réalisé par notre amie Manon Tourreilles avec l'aide de notre ami Richard Bantegny. Encore bravo pour ce travail remarquable !
Le Docteur Elie Buzin est un chirurgien orthopédiste, époux de Madame Etty Buzin, psychologue et psychanalyste. Il est le père de Madame Agnès Buzin, Présidente du Collège de la Haute Autorité de la Santé et Ancienne Ministre de la Santé et des Solidarités. Elie Buzin est arrivé à survivre au Ghetto de Lodz en Pologne avec ses parents avant d’être arrêté et déporté en 1944 vers le camp d’Auschwitz. Il a du affronter « la Marche de la Mort » vers le Camp de Buchenwald jusqu'à sa libération. Il réussira à vivre, et à survivre et partira en Palestine avant de revenir plus tard en France où il s’arrêtera un moment à Oran pour ensuite entreprendre des études médicales afin de finaliser son cursus de chirurgien. Il est un témoin capital qui relais inlassablement son vécu dans les camps auprès des jeunes générations multipliant les visites et les voyages dans les Camps pour apporter une vision plus tangible et concrète des faits et de la réalité historique. Il a rédigé deux ouvrages : - « J’avais 15 ans, vivre, survivre, revivre » et - « Ce que je voudrais transmettre, Lettre aux jeunes générations ». Nous sommes heureux aujourd’hui de vous témoigner toute notre reconnaissance et de vous féliciter par l’attribution de ce Prix d’Honneur Zakhor Pour la Mémoire 2019 soulignant votre engagement remarquable à notre devoir de Mémoire et d’Histoire.
A 90 ans, Madame Esther Senot a parcourut la France pour raconter son histoire, celle d'une jeune fille juive déportée à Auschwitz en 1943. Elle y a connu l'horreur, le froid, la faim, les privations et brimades. Rescapée de la Shoah, elle raconte à de nombreux jeunes scolaire, son parcours et sa déportation dans les camps nazis à partir de juillet 1943 et jusqu'en juillet 1945, principalement dans le camp d'Auschwitz-Birkenau, pendant la seconde guerre mondiale. Madame Esther Senot a subi la Marche de la Mort. Transférée au camp de Bergen-Belsen, elle y reste environ deux mois puis dans un autre camp avec 300 femmes avant d'être dirigée vers Mauthausen. Ses parents, sa sœur Fanny, ses deux frères, Achille et Marcel, sont morts à Birkenau. Madame Esther Senot a vécu à Perpignan et participa durant de très nombreuses années au Cérémonies de la Rafle du Vel d’HIV, ensemble nous avons déposé de nombreuses gerbes en mémoire à tous ceux qui ont rejoint les étoiles afin de ne jamais les oublier. Témoin essentiel de cette histoire tragique de l’humanité et de ce chaos terrifiant que fût la Shoah, nous sommes très heureux de vous attribuer le Prix Zakhor Pour la Mémoire 2019.
Madame Jeane Manson est née aux États-Unis d'un père écrivain et d'une mère chanteuse, puis peintre. Jeane Manson passe les douze premières années de sa vie au Mexique, puis en Califrnie où elle étudie la musique et le théâtre. Elle a longtemps vécu en France, ou elle a fait l’essentiel de sa carrière. Elle est la mère de la chanteuse Shirel qui a était « Esméralda » dans la comédie musicale de « Notre Dame de Paris ». En 1975, une rencontre bouleverse ses projets : Jean Manson fait la connaissance de l'auteur-compositeur Jean Renard. Elle « francise » son prénom et devient Jeane Manson. Quelques mois plus tard, en janvier 1976, sous l'impulsion de son mentor, elle est propulsée sur le devant de la scène en devenant l'interprète d'un slow langoureux écoulé à plus de 600 000 exemplaires : « Avant de nous dire adieu ». Ce titre fait d'elle l'une des chanteuses de variété les plus en vogue de la seconde moitié des années 1970. Aujourd'hui, nous sommes heureux de lui décerner le Prix Mémoire et Fraternité 2019 pour sa derniére chanson: "La fôret d' Eucalyptus", chanson rendant hommage historiquement à la défense de la création de l'Etat d'Israël.
Page 1 sur 2